My Heart Belongs to Oscar

 

My Heart Belongs to Oscar! écrit à l’origine pour la scène se retrouve aujourd’hui en librairie publié par les éditions Le Dilettante.

Mon cœur est à Oscar… Peterson, et après tout c’est bien pour le claironner à la face du monde que j’ai écrit ce livre. Qui est cet immense jazzman ? Comment est-il devenu du jour au lendemain une vedette internationale ? Comment ce géant noir d’origine canadienne a bouleversé la vie d’un franchouillard gringalet ? Comment grâce à lui j’ai découvert le jazz et comment le piano est devenu le lit où n’en finissent plus de s’écouler nos amours torrentielles ? En résumé, je vais vous raconter une histoire d’amour.

 

Ils en parlent…

A la radio

My Heart Belongs To Oscar, un livre signé du pianiste français Romain Villet, à paraître le 10 avril aux éditions Le Dilettante, 75 pages d’histoire d’amour jazzistique entre l’auteur et le géant Oscar Peterson (1925-2007), ce pianiste et compositeur canadien surnommé, je crois, le « Maharaja du clavier »  par Duke Ellington. Dans ce livre, on trouve aussi un portrait habile de l’art d’un illustre confrère des deux précités, l’américain Bill Evans avec des idées, vous allez voir, à creuser …

A écouter en intégralité ici

  • Dans « Open Jazz » sur France Musique du 9 avril 2019, Alex Dutilh parle de My Heart Belongs To Oscar de Romain Villet comme d’ « un vrai coup de cœur, c’est le cas de le dire ». A écouter en intégralité ici.

Dans la presse

  • Dans le numéro d’avril 2019 du magazine mensuel Jazz News :

Mon cœur est à Oscar. Romain Villet est écrivain. Et pour lui, littérature et jazz sont intimement liés (c’est d’ailleurs pour cela que vous le retrouvez tous les mois dans votre magazine préféré !). Son deuxième livre My Heart Belongs to Oscar paraîtra le 10 avril aux éditions Le Dilettante. Il comprend trois textes consacrés au jazz. Le principal est une version littéraire d’un spectacle sur Oscar Peterson qu’il jouera avec son trio au Théâtre de l’Île Saint-Louis à Paris en mai.

  • Dans le quotidien Le Progrès de Fécamp et Paris-Normandie du 4 avril 2019 :

La mélodie du bonheur. Ça commence comme un cours de musique. D’histoire de la musique, et même plus précisément de jazz. Romain Villet en est fou. L’auteur lui déclare sa flamme dans ce petit livre jubilatoire. Faut dire que le jazz, il est tombé dedans plus vraiment petit mais pas encore grand, dans une école pour fils à papa. Le musicien-écrivain vibre pour le jazzman canadien Oscar Peterson, une vraie star de la discipline. Paradoxe d’une époque, l’homme adulé sur scène a été victime de ségrégations raciales. L’enthousiasme de l’auteur de ce petit bouquin rythmé comme une bonne partition, est contagieux. C’est drôle, enjoué. Signalons que Romain Villet se met en scène au Théâtre de l’Île Saint-Louis à Paris courant mai.

Sur le web

Sur la page blanche, les mots ont le swing, galopent, interpellent, dérivent.

Le lecteur ne peut être que frustré de ne pas entendre la musique jouée par ce trio, il ne se délectera pas du swing de Romain Villet et de son trio, « le swing, c’est prendre en souriant et au sérieux le présent qui se présente, c’est l’épouser par amour ». Mais, il a la chance de lire sa prose pleine de verve et de vitalité, enjouée, facétieuse, où fusent, comme les rips du jazzman, les jeux de mots, les calembours, les aphorismes et les raccourcis fulgurants. Alors après avoir lu ce petit livre, il ne reste qu’à trouver la meilleure occasion d’entendre et voir ce fameux spectacle. […]

Avec ces courts textes, Villet démontre une fois de plus qu’un petit livre plein de verve, d’enthousiasme et de conviction, assaisonné d’un doigt d’exubérance est bien plus convainquant qu’un gros pavé ennuyeux. Le jazz n’aurait pas supporté la longueur et la lourdeur, « Fugace, le jazz est un présent » et ce petit recueil est un moment de bonheur de lecture tant l’auteur emporte le lecteur dans le swing de son enthousiasme.