Je pense donc je swingue

Le jazz veut-il dire quelque chose ? Que nous apprend-il sur les relations du corps et de l’esprit ? À quoi pense le jazzman qui improvise ? D’où vient son inspiration ?

Voici quelques unes des questions auxquelles répond le pianiste et écrivain Romain Villet, auteur de chroniques sur les liens entre jazz et philo dans le magazine Jazz News. Avec Olivier Michel à la contrebasse, il prouve en mots et en musique que le jazz fait aussi danser la pensée.

 

 

 

 

Liste des morceaux joués par Romain Villet (piano) et Olivier Michel (Contrebasse)

  • Morceau 1. « Joyeux Léon » (Romain Villet)
  • Morceau 2. « Valse 4.3 » (Romain Villet)
  • Morceau 3 : « Dialogue » (Romain Villet)
  • Morceau 4 : « Butch & Butch » (Oliver Nelson)
  • Morceau 5 : « All of me » (Gerald Marks et Seymour Simons)
  • Morceau 6 : « Gdansk » (Olivier Michel)
  • Morceau 7 : « My Heart Belongs to Daddy » (Cole Porter)

Citations

Si les sources des citations ne sont pas précisées, c’est qu’elles proviennent des livres cités dans la bibliographie ci-dessous.

« S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu », Emil Cioran, Syllogisme de l’amertume.

« Sans Bach, la théologie serait dépourvue d’objet, la Création ficitive, le néant péremptoire. S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu. » Idem.

« Sans la musique, la vie serait une erreur », Friedrich Nietzsche, Crépuscule des idoles.

« Je ne pourrais croire qu’à un Dieu qui saurait danser », Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra.

« Et que chaque jour où l’on a pas dansé une fois au moins soit perdue pour nous ! », Idem.

« Adorno, qui est à ma connaissance le seul philosophe d’envergure à avoir traité du jazz – serait-ce de cette manière à la fois hautaine et piteuse – , est également le seul qui, à condition de le lire au-delà de ce qu’il voulait dire et de traquer l’impensé qui est au cœur le plus secret de sa pensée, nous ouvre l’accès à cet art étrange qui porte avec lui, nativement sans doute, la hantise de son « droit à l’existence ». Et donc l’angoisse déchirée de l’art ‘lui-même' », Philippe Lacoue-Labarthe, « Remarques sur Adorno et le jazz (D’un désart obscur) ».

« Nous voulons savoir en vertu de quelle raison nous nous sommes décidés, et nous trouvons que nous nous sommes décidés sans raison, peut-être même contre toute raison. Mais c’est dans certains cas la meilleure des raisons. Car l’action accomplie n’exprime plus alors telle idée superficielle, presque extérieure à nous, elle répond à l’ensemble de nos sentiments, de nos pensées et de nos aspirations les plus intimes, à cette conception particulière de la vie qui est l’équivalent de toute notre expérience passée. », Henri Bergson, Essai sur les données immédiates de la conscience.

 » Il y a toujours entre l’hospitalité et de l’improvisation – qui est notre situation à l’instant -, une affinité essentielle. », Jacques Derrida, interview radiophonique de 1997 autour de la parution de De L’Hospitalité.

Bibliographie

  • Theodor W. ADORNO, Le Caractère fétiche dans la musique et la régression de l’écoute [1938], Paris, Allia, 2001.
  • Henri BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience [1889], Paris, PUF, 2007.
  • Gilles DELEUZE, Nietzsche [1965], Paris, PUF, 2005.
  • Agnès GAYRAUD, Dialectique de la pop, Paris, La découverte, 2018.
  • Vladimir JANKELEVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, 3. La volonté de vouloir, Paris, Seuil, 1980.
  • Georges LIEBERT, Nietzsche et la musique, Paris, PUF, 2000.
  • Friedrich NIETZSCHE, Ainsi parlait Zarathoustra [1885], livre I (les trois métamorphoses de l’esprit)
  • – Humain trop humain [1878-1880], § 155, « Croyance dans l’inspiration »
  • – Seconde considération intempestive. 2. De l’utilité et de l’inconvénient des études historiques [1874]
  • PLATON, Ion
  • Mathieu ROUSSELOT, Etudes sur l’improvisation musicale, Paris, Harmattan, 2012.
  • François ROUSTANG, Qu’est-ce que l’hypnose ?, Paris, Minuit, 1994.

Sur le web

  • Sur la construction de la gamme : Les mathématiques de la musique (avec Vled Tapas), Science étonnante #41 :