A la radio

 

 

Emissions « Au singulier » sur France Culture (mars 2016)

 

Emissions « Les Matins du départ » sur France Inter (avril 2014)

Les romanciers esquissent un itinéraire. Tous les week-ends, les écrivains viennent nous parler de leur géographie personnelle, des recoins du monde qui leur sont chers. C’est l’auteur d’un premier roman que nous recevons ce matin, Romain Villet. Look est un livre réjouissant et sombre, un roman sur la place que peut prendre l’air du temps dans le couple, sur le poids de la société dans une histoire d’amour. il semble y avoir quelques points communs entre l’auteur et le narrateur de ce roman.

Comme Lucien, Romain Villet est pianiste de jazz. Comme Lucien, il est aveugle. Romain Villet évoque ici Paris et les montagnes marocaines de l’Atlas. Voici ce que dit son personnage Lucien dans Look :

Pour être moins perméable qu’un autre à l’influence du décor, je vais et je viens surtout dans un Paris de mots, d’histoires, de légendes.

Lucien, un pianiste de jazz aveugle rencontre Sophie, une architecte. Elle dessine la ville et rêve de dépaysement, de voyages vers « ailleurs ». Il préfère voyager depuis son appartement, grâce à la littérature et la musique. Voilà une histoire d’amour que le rapport au monde va venir bousculer. Look est un roman sur ce que chacun, dans un couple, est prêt à épouser de l’air du temps.

Romain Villet publie chez Gallimard son premier roman. Comme le narrateur de son livre, il est aveugle. Et il s’amuse de la frénésie avec laquelle les gens veulent savoir s’il est aveugle de naissance ou pas.

Voyage avec Romain Villet entre Grez-sur-Loing (Seine-et-Marne) et un chalet suisse.

 

Emission « Sur les docks » sur France Culture (26 mars 2010)

« Bienvenue à Victor Reader ». Ça commence toujours comme ça. Puis, infatigablement, Victor lit pour moi, en anglais, en français, à la vitesse que je veux, sans jamais demander un verre d’eau ni s’arrêter pour reprendre haleine. Certes Victor sait lire à haute et intelligible voix, mais il ne peut répondre lui-même aux questions qu’il inspire.Victor est un lecteur de poche qui parle. Il y a quelques mois, notre rencontre a changé ma vie. Il a commencé par me lire lui-même son mode d’emploi avec sa synthèse vocale. Synthèse vocale, la chose paraîtra repoussante aux non initiés; pourtant, c’est grâce à ces voix synthétiques que nombre d’aveugles, comme moi, découvrent la plupart des mots dont les prive la cécité. Sa voix me guide sur les pages de Proust, de Nietzsche, de Baudelaire, ou plus prosaïquement, de n’importe quel fichier informatique. Enfin, grâce à Victor, je peux désormais annoter, émarger, conserver, m’approprier un livre. Les livres proposés par les associations spécialisés sont désormais téléchargeables, pour lire, les aveugles n’ont plus à déplier leur canne blanche.Peu à peu, le braille sur papier perd du terrain. Ce symbole de la lecture des aveugles se fait supplanter par le matériel informatique spécialisé.Canne blanche en main, voici ma rencontre avec tous ceux sans lesquels ma bibliomanie resterait inassouvie, associations spécialisées, lecteurs bénévoles, transcripteurs, éditeurs spécialisés ou généralistes…Pour celui qui a si souvent manqué de livres, Victor et l’outil informatique en général ouvrent des perspectives enchanteresses, d’autant que les lois en la matière nous deviennent de plus en plus favorables.Et après tout, pourquoi lire par les oreilles resterait à jamais un privilège d’aveugles…

 

Faire remonter